C’est la recherche d’un vélo sportif et polyvalent, sans compromis sur la performance qui m’a conduit à essayer puis adopter le dernier né de chez 2-11 cycles, le 1 4 6 5. Un vélo taillé pour la route, terrain que je pratique très largement et que j’apprécie d’autant plus quand cette dernière s’élève.

Etant propriétaire d’un BMC SLR01, cadre des coureurs professionnels de l’ancienne équipe BMC, je recherchais un vélo tout aussi réactif et performant mais plus polyvalent et surtout plus confortable. Curieux, je voulais également essayer l’acier, convaincu petit à petit de sa place dans la pratique cyclosportive.

Mes premiers tours de roues avec le 1 4 6 5 m’ont tout de suite stupéfaits. Je m’attendais vraiment à un vélo se rapprochant plus de mon gravel titane que de mon BMC carbone. Je fus surpris par la rigidité de l’ensemble. L’autre point très perceptible est la facilité avec laquelle on peut emmener le vélo. Il s’avère que je n’étais pas dans une grande forme sur mes deux premières sortie avec le 1 4 6 5. Pour autant, sur des bosses que je connais bien, le vélo ne m’a pas trahi et je n’ai jamais ressenti de difficultés pour me hisser en haut des bosses…et ce malgré une position pas encore optimisée pour moi lors de l’essai.

Si le second point ne m’a pas vraiment étonné, l’acier étant réputé pour sa polyvalence et son confort, je suis quand même resté un moment étonné par le dynamisme de ce vélo.

Apprivoisant petit à petit la bête, chaque sortie fut une petite surprise. Quasiment tous mes temps de références sur les cotes et cols que j’ai l’habitude de gravir ont été améliorés avec ce vélo. J’avais le sentiment de ne jamais lutter, de pouvoir me concentrer uniquement sur l’effort. Une véritable nouveauté par rapport au BMC carbone souvent difficile à emmener et très exigeant.

Cet essai c’est terminé par une sortie de 5h00 avec 2400m de dénivelé positif pour vraiment tirer les avantages de l’acier. Si le confort de l’acier sur 5h de selle c’est bien confirmé, sans surprise, la vitesse à laquelle j’ai parcouru ces plus de 120km accidentés m’a laissé un moment sans voix…ce vélo pédale tout seul !!

J’ai décidé de prolonger l’expérience en multipliant les sorties courtes et rapides ainsi que les sorties plus longues.

Les premières impressions ce sont confirmées bien au delà de ce que l’on peut appeler « l’effet placebo du nouveau vélo » donnant l’impression que tout est plus beau et facile.
J’ai continué à améliorer mes meilleurs temps partout où je suis passé, bosses comme descentes ou encore secteurs plats (rares dans mes sorties). Ce vélo, de part sa configuration, est bon de partout à mon sens. Il répond vraiment à mes attentes et ma pratique : je découvre d’autres aspects de la pratique cycliste (les efforts plus long, le gravel, l’aventure)…Mais je reste un cyclosportif, imprégné par des années de compétition et de dépassement de soi.

Au final, après presque 2 mois et 1300km le vélo et l’acier sont complètement adoptés à tel point que je pense ne plus rouler un carbone de nouveau. Le BMC a d’ailleurs été vendu dès les premiers jours de test du 1 4 6 5.

Très performant sur les efforts courts et intenses, je pense qu’il est surtout un véritable compagnon de route sur des sorties longues. Il m’a vraiment surpris sur les sorties de plus de 4h. Elles ont toutes été réalisées à des vitesses moyennes largement plus élevées par rapport à ce que j’ai l’habitude de faire…le tout sur des profils similaires et sans fatigue supplémentaire.

Dorénavant, ce vélo devra être amené sur de la longue distance, sur des efforts d’une journée entière. Je n’ai aucun doute sur le fait qu’il sera parfaitement adapté. Peut-être faudra-t-il simplement remplacer les roues très (trop) typées performance par une paire au profil plus bas (25/30mm) pour encore plus de polyvalence.